You can read this post in Anglais Espagnol

COMMUNIQUÉ. Politiques du Cannabis : des Activistes de tous les continents se concentrent à Genève – Journée historique à l’Organisation Mondiale de la Santé

Genève, 7 juin 2018.

“Ne doutez jamais du fait qu’un petit nombre de gens réfléchis et engagés peuvent changer le monde. En vérité, c’est la seule chose que l’on n’a jamais fait.” Margaret Mead — Cette citation aide à expliquer pourquoi un petit groupe de militants sont en mesure de s’adresser à l’OMS et lui faire tenir ses engagements de redéfinition des politiques mondiales à l’égard du Cannabis.

Lundi 4 juin 2018, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a commencé à réparer un siècle d’injustice : celle de la prohibition du Cannabis  à l’échelle mondiale.

Cette 40ème réunion du Comité d’Experts de l’OMS – dont le mandat est de mettre à jour sur la base de données scientifiques les Traités anti-drogues [1] – a été entièrement consacrée à la revue du Cannabis pour la première fois.

Lors de l’audition inaugurale, en sus des deux petits plants de Cannabis, médecins, patient.e.s et chercheurs se firent entendre [2].

Malgré le fait que cette fois-ci, les échanges des Experts seront seulement préliminaires, leurs conclusions finales pourront changer la classification du Cannabis au sein des Conventions internationales [3].

L’ONG FAAAT est le point de contact et de convergence entre l’OMS, la société civile et les gouvernements. FAAAT a contribué au processus avec une déclaration signée par +100 ONG de +35 pays sur tous les continents [2][cliquer ici pour lire au format PDF].

Nous mettons au défi la presse de contacter et d’engager les participants à ces réunions historiques, lorsqu’elle couvrira ces processus de réforme des politiques internationales relatives au Cannabis.

CONTACTS:

Quelques citations des acteurs et actrices présents à l’audition du lundi 4 [4] :

« De partout, la société civile félicite l’OMS pour cette révision du Cannabis ; pourtant il est à craindre que l’inertie et une mauvaise organisation ne faciliteront pas la tâche d’une évaluation fondée sur des données probantes et non-biaisées. » Kenzi Riboulet-Zemouli, chercheur (FAAAT think & do tank, Espagne).

« Nous appelons l’OMS à prendre position sur la base des données disponibles, et demandons au Comité d’Experts de nous faire sortir du cercle vicieux dans lequel nous ont mis nos grands-parents : le Cannabis ne sera vu comme un médicament que lorsque des études seront menées, alors même que la recherche est empêchée par les Conventions. » Michael Krawitz, vétéran militaire US air force, patient de Cannabis médicinal (ONG Veterans for Medical Cannabis Access, ÉUA).

« Peut-être bien qu’oui, peut-être bien qu’non! L’OMS a une opportunité unique de changer le monde. »

 Myrtle Clarke & Julian Stobbs (le Dagga Couple), intervenants d’Afrique du Sud à l’audition du Lundi.

« Première évaluation scientifique du Cannabis pour les Conventions de contrôle des drogues. Tâche difficile: l’OMS fera toujours mal aux yeux de quelqu’un, peu importe qu’elle conseille un contrôle strict, clément ou pas de contrôle! »

 Willem K. Scholten, ancien responsable à l’WHO, expert des réglementations pharmaceutiques et des politiques d’accès aux médicaments antalgiques, ancien chef de l’Office néerlandais du Cannabis Médicinal, Ministère de la Santé (Pays-Bas).

Références & Liens:

Pin It on Pinterest

Share This