Cette semaine au siège de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) à Genève, le Comité d’experts sur la pharmacodependance (ECDD) se réunit pour entreprendre la partie finale de l’examen scientifique critique du cannabis, des résines, des extraits, du THC et des extraits de CBD1. Leur issue est susceptible de changer le classification du cannabis au sein des Traités internationaux relatifs au contrôle des drogues2.

L’OMS n’a pas mis à jour sa position concernant le cannabis depuis 19543, bien que le THC ait été identifié en 1964 et ses mécanismes d’action sur le corps humain en 1994.

Lundi, Dr. Mariângela Simão, Vice-Directrice-Générale de l’OMS pour les produits pharmaceutiques, drogues et médicaments, a convoqué une audition publique au cours de laquelle les parties prenantes issues de la société civile ont eu l’occasion de s’adresser aux Experts de l’ECDD avant qu’ils et elles n’entament à huis clos leur évaluation scientifique de cette plante, dons les politiques nationales sont aujourd’hui fortement contraintes par les Traités internationaux.

De gauche à droite: Christopher Hallam (IDPC), Amy King (FAAAT), Frank Milone (UFCM), Julie Fry, Kenzi Riboulet Zemouli (FAAAT), Christopher Rossner, Jessica Steinberg, Farid Ghehiouèche (FAAAT) and Michael Krawitz (FAAAT/VMCA).

Lire le Crimson Digest Volume 1: briefing sur le cannabis et les Traités.

Kenzi Riboulet-Zemouli, chercheur du think-tank FAAAT, a demandé dans son discours aux Experts4, la révocation des conclusions du Comité formulées en 1954, qui appelaient à “redoubler d’efforts en vue d’abolir l’emploi de la cannabis en thérapeutique”.

Il a également fait part des préoccupations concernant les erreurs et biais importants inclus dans la documentation de la Dr. Jenny Wiley, sur la pharmacologie du cannabis – servant de base aux discussions du Comité.

Enfin, il a exhorté les instances dirigeantes de l’OMS à mettre à jour leur méthodologie et procédures, et invité les Nations Unies à créer un groupe de travail conjoint entre agences internationales afin d’élaborer une catégorification claire des différents types “d’extraits de cannabis”.

Parmi les autres intervenants figuraient des représentants du Consortium International sur les Politiques des Drogues (Royaume-Uni), de la Plateforme Brésilienne des Politiques en matière de Drogues, de l’Association Japonaise pour le Cannabis Médical et du Groupe Médical D’Ambrosio (États-Unis). Toutes leurs interventions préconisait le retrait du cannabis des tableaux de classification internationale des Traités.

Les conclusions de cette 41ème réunion de l’ECDD seront rendues publiques au siège des Nations Unies5, à Vienne (Autriche), le vendredi 7 décembre 2018. Le think-tank FAAAT organise à ce moment, une Conférence internationale sur les Politiques en matière de Cannabis6, du 7 au 9 décembre, afin d’explorer le paysage politique découlant de la publication des conclusions de l’OMS.

Version enEnglish esEspañol